Black Album Vol​.​1

by Skalpel (Première Ligne)

supported by
/
  • Includes high-quality download in MP3, FLAC and more. Paying supporters also get unlimited streaming via the free Bandcamp app.

     name your price

     

1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.
10.
11.

about

7th album of Skalpel

credits

released May 29, 2014

Lyrics : Skalpel
Prod : Tideux - Don Korto - Dirty Jack
Mix : Akye
Master : Skeez
Artwork by H*

tags

license

all rights reserved

about

BBoyKonsian Paris, France

Label indépendant, alternatif et militant -Artistes : Première Ligne - Skalpel - E.One - Akye - Latypik + Compilations

shows

contact / help

Contact BBoyKonsian

Streaming and
Download help

Redeem code

Track Name: C'est pas d'ma faute (Prod: Tideux)
C’est donc ça, vivre avec un mal au bide
L’angoisse accrochée à la ceinture au bord du vide
Lâcher des larmes sales pour éponger un peu
Observer les étoiles filantes et faire un vœu
Etre convaincu qu’on ne va pas vivre vieux
Etre sûr de ne pas pouvoir se payer un avocat véreux
Boire plus que de raison, se foutre des conséquences
A tort ou à raison j’suis là pour briser le silence
Aller-retour, entre le passé et le présent
J’avoue j’ai pas encore encaissé la vie de mes parents
C’est pas tant qu’ça me blesse ou qu’ça me rend triste
J’essaye juste d’être à la hauteur de tant de sacrifices
Un classique de l’enfance comme l’éveil de mes sens
Mes nuits seuls quand j’y pense avec le poids de l’absence
J’absous mes péchés en flirtant avec la morale
C’est bon papa j’prends le relais et maintenant je cavale

Refrain:
Le vécu, la vie, y a que ça de vrai
Les blessures, les cicatrices, c’est pas de ma faute morray
J’suis désolé, je m’excuserais quand je pourrais
En attendant j’traine ma déprime comme un boulet
Le vécu, la vie, y a que ça de vrai
Les blessures, les cicatrices, c’est pas de ma faute morray
J’suis désolé, je m’excuserais quand je pourrais
En attendant j’traine un paquet rime comme un boulet

C’est donc ça, supporter le mépris
L’arrogance de ceux qui insultent mes potes qui prient
Pas tous pareils et pas tous blancs
Latino, métèques et noirs fiers de chier sur la cefran
C’est pas exotique, c’est juste le prolétariat
Une classe en lutte avec des accents de parias
Le tiers-monde installé au milieu du 93
De l’autre côté du periph’ on souffle sur les braises
Aller-retour, entre le dedans et le dehors
On croque la vie à pleine dents, on la dévore
Fier de nos faces balafrées on a l’œil qui pétille
On conspire la nuit pendant que les étoiles scintillent
Ça fait peur et tu sais quoi on aime ça
C’est comme si le croquemitaine te dépouillait de tes peza
J’avoue j’ai péché et j’ai chié sur la morale
C’est bon mama j’prends le balais et maintenant je détale

Refrain